Pouligny-Saint-Pierre : fromage de chèvre du Berry

Si il y a une chose dont j’ai du mal à me passer à la fin du dîner, c’est bien le fromage. J’ai besoin de cette touche gastronomique à la fin du repas, comme d’autres le vin. J’ai eu la chance de passer par un village de tradition fromagère, réputé dans toute la France : Pouligny-Saint-Pierre. Ce fromage de chèvre, très connu, n’a pas fait long feu chez nous, surtout accompagné d’un très bon pain !

Fromage de chèvre
Fromage de chèvre

Le Pouligny-Saint-Pierre porte le nom, comme beaucoup d’autres fromages en France, de son village d’origine. Situé dans l’Indre, un des deux départements du Berry, ce petit village est fier de son fromage, un patrimoine gustatif qui n’a pas de prix. C’est pour cette raison que les producteurs se regroupèrent en un syndicat de défense et de promotion du fameux fromage, pour appuyer les deux laiteries locales ayant décidé de se lancer dans la production du Pouligny-Saint-Pierre. Ils firent la demande, dès 1969, de l’inscription en tant qu’AOC, Appellation d’Origine Contrôlée, du Pouligny-Saint-Pierre, ce qui arriva en 1972. Il est toujours élaboré en utilisant du lait de chèvre cru et entier, ce qui doit plaire à Bruxelles, grands amateurs de nos fromages qui puent, comme on sait.

C’est le microclimat de la Vallée de la Brenne, la zone de production de ce fromage qui lui confère son goût particulier. A Pouligny-Saint-Pierre, il fait plus chaud et plus sec que dans le reste du Berry. Les chèvres y sont particulièrement heureuses, où elles ont à leur portée des cerisiers, de la luzerne, des chênes, du sainfoin… Ce sont 22 communes qui participent à la production du Pouligny-Saint-Pierre, autour de la ville du Blanc, toute proche du village qui donne son nom au fromage de chèvre.

Ce qui surprend, en le regardant, c’est sa forme caractéristique : une pyramide tronquée de 250g. Il parait qu’il tient sa forme depuis le XVIIIème siècle, du beffroi de l’église de Pouligny-Saint-Pierre. Je n’ai pas trouvé le haut du clocher de l’église si ressemblant que ça, peut-être qu’il a changé au cours des siècles ? La croûte est parsemée de bleu, de moisissures toutes fines.

Pouligny-Saint-Pierre
Pouligny-Saint-Pierre

Il y a trois façons de le déguster, suivant ses goûts personnels, si on préfère un fromage jeune, vieux, ou entre les deux. L’affinage minimum est de 10 jours, mais on peut aller jusqu’à 5 semaines, ce qui nous donne une variété de saveurs très grande. Il y en a pour tous les goûts ! Le Pouligny-Saint-Pierre que je vous présente ici en photo, qui est celui que nous avons mangé pour cet article est sec. Sec, il a vraiment un goût très fort, il faut le déguster doucement ! Je n’en avais pas sous la main, mais le meilleur vin pour accompagner ce fromage est un blanc de la région, comme un Sancerre par exemple.

Marqué avec |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *